Intelligence, elle est dans chacun de nous.

La vie est un don, un cadeau précieux, une chance magnifique que l’être humain a reçu en arrivant sur ce monde et peut être même avant.
Etre intelligent dans cette vie a pour conséquence une vie sereine, fluide et sans difficultés. Hors l’intelligence n’est pas à la portée de tout le monde. La bonne nouvelle c’est qu’elle l’est, c’est juste qu’on ignore cette information.

Entre nos mains on possède un trésor, il s’appelle le moment présent. Ce trésor nous l’ignorons, car on a laissé le passé et le futur nous dicter comment vivre et manipuler ce moment présent sans le vivre vraiment. Le moment présent c’est l’instant t. L’instant où vous menez une action. Cet instant est précieux car vous ne possédez que lui. Savoir en profiter vous mènera vers le bonheur. L’intelligence connait bien ce moment présent. Elle est en mode latent jusqu’à ce que vous embrassiez l’instant t. Vivre sa vie à l’instant t, à ce moment présent, nous aide à surmonter nos soucis et stimuler notre intelligence.

Eteindre le bruit

Quand on est concentré sur une seule action, avec un cerveau qui ne réfléchit qu’à cette action, un processus interne se met en place pour mettre l’intelligence au service de notre action. Un exemple nocif au cerveau, serait celui de rédiger un rapport tout en discutant avec les amis et regardant la télévision. Dans cet environnement de travail, le cerveau est en rapport avec au moins trois actions externes qui sont la rédaction, la discussion et la télévision. En interne, le cerveau essaie de fournir les éléments nécessaires à la rédaction du rapport tout en écoutant et déchiffrant ce que disent les amis et en même temps analyser et mémoriser les images et tout ce qui se dit sur la télévision.
Le cerveau se retrouve ainsi dans un cataclysme absolu. L’intelligence qui aiderait à rédiger un bon voire un excellent rapport n’est pas activée. Car elle ne peut être activée que si :

  • Il n’y a pas de télévision ou bien que celle-ci et éteinte.
  • Il n’y a pas de discussion avec les amis ou du moins pas de participation dans celle-ci.
  • Il n’y a pas de bruit mental qui pousse le cerveau à paginer dans le passé, ou se projeter dans l’avenir, par exemple se dire : « De toute façon ce rapport ne sera jamais satisfaisant pour le professeur, car il ne l’a jamais été dans le passé.

Si on résume les trois points précédents, on peut dire que l’intelligence ne serait activée que si on est dans un environnement calme, sans bruit.
La solution serait donc d’éteindre tous ces « bruits » externes et internes et ne se concentrer que sur le moment présent, qui est le moment de la rédaction du rapport.
En faisant ainsi, le cerveau se mets en processus de créativité et de production de nouvelles suggestions qui pourraient naturellement nous épater. Cette intelligence qui du coup surgit n’est le fruit que de la mise en place de cet environnement de sans bruit.
Cependant, le bruit qu’il soit interne (dans le mental) ou externe, ne peut s’éteindre facilement. Qui obligerait ses centaines de collègues de l’open space de se taire pour que lui soit concentré ?! Certains peuvent croire que pour arriver à se concentrer, il faudrait une certaine qualité comme la force du caractère, une volonté extraordinaire, ou l’habitude (depuis l’enfance) à se mettre dans un environnement de concentration. Il n’y a toutefois, qu’un seul prérequis pour adopter le mode de la concentration et l’esprit de la créativité. C’est savoir le quoi et le pourquoi.

Le quoi et le pourquoi

Le quoi veut simplement dire qu’est ce qu’on fait et qu’est ce qu’on manipule. Dans l’exemple précédent, il s’agit bien d’une rédaction de rapport.
Le pourquoi veut dire la raison derrière ce rapport. Il faut que cette raison n’ait aucun lien avec une satisfaction de l’ego ou une exaltation de son image à la classe devant ses collègues si on reprend l’exemple précédent.
La maitrise du quoi et du pourquoi rend l’objectif plus clair et plus net. Cette clarté pousse le cerveau à entrer dans le canal de concentration absolue. Plus le cerveau est convaincu de ce qu’il fait, plus il se concentrera. Ainsi, le cerveau se mets en mode de production d’idées et d’optimisation de recommandations et ne retient que celles qui sont très bonnes voire les meilleures. Par conséquent, la personne se trouve dans le stade de l’intelligence.
Connaitre son objectif chaque jour et chaque instant est le pont unique qui ramène vers la concentration sur le moment et donc l’intelligence.

J’ai peur

« J’ai peur de rater quelque chose si je me mets dans une totale concentration du moment. » peut-on se dire. Cependant, cette peur se dissipe facilement si :

  • L’objectif de ce qu’on fait est clair (le cerveau comprend que ce qu’il entreprend a du sens)
  • On est organisé et suit un plan établit à l’avance (planification)
  • On aime ce qu’on fait (conséquence naturelle si on est concentré et plongé dans le moment présent)

Si on arrive à éteindre le bruit interne et externe, en d’autres termes, si on maitrise le quoi et le pourquoi, la concentration se mets en place naturellement. Avec la concentration sur ce qu’on entreprend au moment présent, l’intelligence surgit. Avec de la concentration, on aimera forcément ce qu’on entreprend et on aura aucune peur de rater quoique ce soit.
Afin de conclure, il serait intéressant de rappeler ce qu’on vient de dire : pour être créatif et intelligent, il faut d’abord maitriser son objectif (le quoi et le pourquoi), afin d’arriver au stade de la concentration sur le moment présent, c’est-à-dire le moment de l’action. En faisant ainsi, l’intelligence surgit naturellement et nous aide dans nos actions pour arriver à briller dans nos résultats.

Merci de laisser votre commentaire.