Article 1 – Résumé du livre « Simple Rules » de Donald Sull et Kathleen M. Eisenhardt

La complexité était toujours un sujet fascinant pour moi. Sur une certaine période de ma vie, j’adorai tout ce qui était complexe. J’adorai surtout mes approches complexes à aborder les problèmes. Je considérai que pour maitriser la programmation informatique, la communication ou la psychologie, il fallait passer par le chemin le plus complexe, et le plus dur. Le chemin le plus complexe consistait de définir toujours des objectifs difficiles à atteindre pour dire enfin que je faisais quelque chose d’intéressant !

Oui je sais, ce n’est pas très clair ce que je viens de dire, et c’est normal car je suis en train de décrire une période où tout me semblait complexe même ce qu’il ne l’était pas. Par exemple pour apprendre l’espagnol (chose que je n’ai pas réussi à faire), j’ai commencé par acheter des livres , des dictionnaires et essayer de me forcer à lire 100 pages par jour en me forçant de comprendre tout ce que je lisais. Hormis la quantité des informations était intéressante, la démotivation avait vite pris le dessus vu que l’effort était trop pour moi surtout qu’il fallait que je réalise d’autres tâches en parallèle.

Dans ce monde, je suis convaincu que la complexité est devenue un mode de vie qui filtre les intelligents des moins intelligents. Plus on complexifie (dans la finance, la bourse, les lois de finances, l’administration…), plus on se vante quand on arrive à trouver des solutions dans les domaines que je viens de citer.

En ce stade de ma vie, je ne peux plus avancer en complexifiant ma vie. J’ai découvert depuis un an qu’il faut savoir simplifier, catégoriser et prioriser pour pouvoir avancer et trouver des solutions. Si j’avais choisi de lire une page par jour en espagnol, je suis convaincu que je n’aurai pas laissé tomber l’espagnol et qu’aujourd’hui j’aurai largement amélioré mon niveau en espagnol (chose que je vais bientôt la faire).

La simplification est un processus tellement important qu’il peut, dans certains cas, nous sauver la vie. C’est que je viens de confirmer en lisant un livre magnifique de Donald Sull et Kathleen M. Eisenhardt qui s’appelle « simple rules »

Comme son l’indique (règles simples en français), ce livre vous rappelle qu’il ne faut pas aborder la complexité de notre vie par la complexité et qu’il existe un moyen facile et simple afin de trouver des solutions aux problèmes les plus complexes.

Dans une suite d’articles, je vais essayer de résumer ce livre car j’estime que c’est un trésor d’idées qu’il faut faire partager.

Introduction

En 2014, dans une base américaine pas loin de Mosul en Irak, un homme habillé en uniforme de forces de sécurité iraquienne entre dans une tente de soldats américains, s’approche d’une queue de soldats qui attendaient pour se servir de manger, et détone un explosif qu’il l’avait caché sous sa veste.

Un sergent infirmier appelé Montaya s’était servi un dessert et revenait à sa table pour le manger quand il a entendu cette explosion. Il plongeât sous une table alors que la fumée avait couverte tous les coins de la tente.

Montaya a vu qu’il y avait plusieurs soldats blessés. La blessure variait entre mortelle et pas grave. Montaya utilisât des règles simples pour rendre son service plus efficace. Pour savoir quel soldat doit-il avoir le plus de son attention, il mesurait le rythme cardiaque, la réactivité et la pression artérielle pour juger la sévérité de la blessure. Ainsi, la méthode était efficace pour ne se concentrer que sur les cas graves afin les soigner en premier.

Dans l’hôpital où les soldats blessés étaient admis, une poignée de règles simples s’appliquait par les docteurs exactement comme ce qu’a fait Montaya. Cet hôpital manquait de moyens. Le nombre de médecins et chirurgiens était faible face au nombre de soldats blessés qu’il fallait traiter. Les médecins sont forcés de prendre des décisions de vie ou de mort quant aux blessures complexes sous des conditions extrêmes pressantes de temps, manque d’information et parfois en présente de fusillades.

Ces méthodes de priorisation et de triage basées sur des règles simples ont largement contribué à la diminution du taux de mortalité chez les soldats américains.

Dans le prochain article, je parlerai du pouvoir des règles simples et j’aborderai l’origine de la complexité selon les auteurs de ce livre magnifique.

Au prochain article sur « simple rules ».

Merci de laisser votre commentaire.